(Texte Olivier GOUDOU menbre du CIAD)

Villers services projette l’implantation d’une usine de méthanisation couplé à un important centre d’enfouissement de déchets ménagers à Coussergues (Montblanc) dans l’ Hérault.

Les arrêtés préfectoraux sont signés. Alors que l’accès était la dernière réserve émise par la commission d’enquête, le Conseil général vient d’accéder à toutes les doléances de l’industriel.

Cela, à l’unanimité des conseillers généraux présents et en dépit des graves difficultés que connaît AMETYST méthanisation à Montpellier (dix incendies en deux ans).

S.Frey –conseiller général absent lors du vote de la délibération- confirme son soutien aux opposants.

Avec les chassés-croisés d’un bus, d’un semi-remorque et d’un engin agricole attelé d’un semoir, les opposants démontrent l’impossibilité à se croiser pour trois types de véhicules de gros gabarits empruntant cet axe sinueux. A titre symbolique, le passage de ces engins rappellent la vocation de cette route qui connaît un fort trafic du fait du transport en commun pour les scolaires, de l’activité agricole et du transport de marchandises.

Par cette manifestation, les opposants interpellent le Conseil général sur sa volonté et son action à vouloir (ou pas) contrer un projet alors qu’il en avait le moyen puisque lui (Conseil général) est maître de ses routes. "La société Valorsys près les Oliviers (filiale de Villers services) est tenue de participer au financement dans leur intégralité des travaux susmentionnés" énonce la délibération du Conseil général de l’Hérault. De toute façon, la société répercuterait l'investissement de cette route (6 300.000 € hors taxes) sur leurs coûts, donc aucune illusion...ce n'est pas un cadeau de la société au contribuable -usager mais une allégeance du Conseil général au porteur du projet. Le Département (qui s'occupe aussi d'environnement et de gestion des déchets) ne s'est pas montré très résistant dans cette lutte. D’où la colère des manifestants qui - à l’orée des cantonales- exigent une meilleure considération.

Durant 11 minutes, la vidéo proposée illustre la vie de ce rassemblement en alternant l’arrivée sur site des marcheurs depuis Bessan, les interventions d’élus, d’associatifs et de citoyens, les exercices de chassés-croisés ainsi que la chaîne humaine organisée en point d’orgue de la mobilisation.